House Of Lords + Robin Beck – Bilbao (Kafe Antzokia), le 16.03.2014

Je rejoins The Jack et madame à Anglet. Après un bon café, nous prenons la route pour rejoindre Clint à Hendaye. Nous sommes en retard par rapport à l’horaire prévue… mais Clint le sera encore plus que nous…
Il n’est pas loin de 18h30 lorsque nous arrivons à Bilbao. Nous faisons le tour du quartier à la recherche d’un bar et bizarrement aujourd’hui il n’y a pas grand monde dans les rues et bon nombre de restaurateurs sont fermés. Finalement nous en trouvons un. Après une première mousse, nous commandons de quoi manger un morceau. Il est un peu plus de 20h00 lorsque nous entrons au Kafe Antzokia. Nous nous retrouvons devant la scène. A peine installé, que Estrella entame son concert. Comme son nom ne l’indique pas, Estrella est un groupe écossais formé à l’origine par deux frères (le chanteur et le guitariste). Le quatuor propose une musique fortement influencé par Def Leppard. Pas déplaisant mais pas transcendant non plus. Sur le titre « Do It ‘Till It Drop », le guitariste se déchaîne et va exécuter son solo dans le public. Le chanteur va chercher des packs de bière et distribue les canettes aux premiers rangs. Clint en récupère une.

  On note que le son est très bon, ce sera le cas pour tout le monde. On passe tout compte fait un bon moment… tranquille.

Après un quart d’heure d’attente, Robin Beck arrive sur scène sous les applaudissements du public venu ce soir. Il faut bien admettre que l’on a connu la salle bien plus pleine que cela. Pas grand monde donc mais les personnes présentes sont que des connaisseurs (ou presque car je suis quand même venu un peu en touriste  🙂 ). Notre voisine dans la fosse connaît toutes les paroles par cœur (et ce sera pareil avec House Of Lords). Comme je ne connais pas grand chose d’elle ( à part quelques titres dont un qui a servi de pub pour une boisson gazeuse dans les années 80s), je découvre. En fait, Robin n’a pas cherché bien loin ses musiciens puisqu’elle a embauché son mari (chanteur d’House Of Lords) au poste de bassiste, le batteur n’est autre que le batteur d’House Of Lords et le guitariste… celui d’House Of Lords 🙂 . Par contre le deuxième guitariste n’est pas un inconnu en Espagne puisqu’il s’agit de Jorge Salan. Guitariste très talentueux qui suit une carrière solo bien rempli et trouve quand même le temps de collaborer avec de très nombreux artistes espagnols tel que Mago De Oz mais aussi avec des artistes internationaux. Ces dernières années, il a pas mal joué par exemple pour Jeff Scott Soto et Robin Beck. Bref, c’est un peu l’intrus du line up 🙂 . Donc le set commence par un « If You Were A Woman » assez sympathique. Le titre gagne en puissance en live et l’apport d’une seconde guitare n’y est sûrement pas pour rien. D’une manière générale, les titres interprétés ce soir sonnent nettement plus rock que les versions originales (j’ai écouté depuis pour savoir ce que cela donner en studio 🙂 ), les claviers, enfin plutôt les bandes sont assez discrètes. Et ce n’est pas plus mal. A un moment donné la miss (qui n’a pas sa longue dans la poche) nous parle d’Alice Cooper juste avant « Hold Back the Night ». Ça m’a un peu perturbé cette histoire, c’est vrai quoi… que vient foutre Alice ici??? En fait, il a composé  « Hold Back the Night » avec Desmond Child pour madame (merci wikipedia 🙂 ). A un moment donné Robin demande au public si c’est l’anniversaire de quelqu’un… Et devinez quoi… c’était justement l’anniv de madame Thejack qui se retrouve dans la foulée sur la scène au côté de Robin qui lui dédicace…une bouteille de… je vous laisse devinez, le titre qui suit n’est autre que « First Time ». Bref le concert se termine sur « Hide Your Heart » de qui vous savez. Et comme Robin est en forme, elle demande si elle peut jouer un titre de plus que ce qui était prévu. Comment lui refuser quelque chose et hop on a droit à « Follow You ». Cette fois ci le concert est terminé.

Setlist :
If You Were a Woman (And I Was a Man)
Don’t Lose Any Sleep
Hold Back the Night
Save Up All Your Tears
The One
Wish You Were Here
Catfight
Tears in the Rain
First Time
Hide Your Heart
Follow You

Pas le temps de respirer un coup et déjà House Of Lords est là… normal il y a pas de matos à changer puisqu’on retrouve les mêmes musiciens. James Christian revient donc sur scène sans sa basse ni ses lunettes 🙂 , House Of Lords entame son set avec « Sahara » suivi de « Big Money » puis de « Battle », le groupe a encore la patate et les titres sonnent vraiment heavy à l’image du dernier album en date, le fort réussi « Precious Metal »… House Of Lords enquille les titres et James Christian est nettement moins bavard que sa dame, à mon avis il ne doit pas en placé beaucoup à la maison 🙂 . Chris McCarville se retrouve seul sur scène pour un solo de basse assez bluffant, il nous montre toute l’étendue de son talent (il est assez véloce le bougre 🙂 ). Bref cela permet aux autres membres du groupe de faire une petite pause avant de revenir sur « I’m free » bien heavy pour le coup. « Swimmin With The Sharks », extrait du nouvel album, est un titre hard fm comme on disait à l’époque. Énergique, très mélodique et dont le refrain est mémorisable dès la première écoute. Vraiment bon. Maintenant nous avons droit au solo de batterie. N’étant pas fan de ce genre d’exercice et profitant de l’éclairage, je mitraille le batteur sans trop prêter attention à sa « démonstration ». Suit après une petite douceur avec la ballade « Can’t Fight My Way Home ». James Christian nous démontre vocalement qu’il a encore de beau reste. Sa voix ne donnera aucun signe de faiblesse durant tout le concert. Le guitariste Jimi Bell est impressionnant de facilité. Gaucher, tout de noir vêtu, avec quelques croix et une guitare SG…. il me rappelle quelqu’un d’autre 🙂 . Les autres membres se retirent de la scène et c’est au tour de Jimi de nous monter de quel bois il se chauffe. Gros solo de guitare. Le concert se termine par un « Slip Of The Tongue » furieux au possible. James donne tout ce qu’il peut, à s’en faire péter les cordes vocales. Même Jimi sort de son périmètre et tente un déplacement au milieu de la scène… bon il s’arrêtera au tiers 🙂 . Après une fin apocalyptique, les musiciens saluent le public avant de descendre dans la fosse et de se prêter au jeu des autographes et photos. Robin beck est déjà au stand merchandising et signe à tout va, avant de quitter sa chaise et de se retrouver au milieu des fans.
Voilà, nous serons pratiquement les derniers à quitter la salle et c’est assez satisfaits de notre soirée que nous reprenons la route direction la Francia….

Setlist :
Sahara
Big Money
Battle
Cartesian Dreams
Love Don’t Lie
Come to My Kingdom
Permission to Die
Demon Wheel (Bass Solo)
I’m Free
Swimmin’ with the Sharks
Drumagogery (Drum Solo)
Can’t Find My Way Home
Rock Bottom
S.O.S. in America
I Wanna Be Loved
Pleasure Palace
Guitar Solo
Slip of the Tongue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.