Slash + Midnight Road – Barakaldo (Sala RockStar Live), le 17/07/2011

Après avoir rejoint Mégaptère, nous partons à Barakaldo pour y arriver aux environs de 18H30. Nous allons prendre la température à l’entrée de la RockStar Live où une longue file d’attente est déjà en place. Nous y retrouvons Clint qui patiente depuis, depuis… Bref, comme on est pas du genre à poireauter, nous allons boire quelques mousses dans un des bars de la galerie marchande ( pour ceux qui ne le savent pas : la RockStar Live est situé à l’étage d’un immense centre commercial). Il y a pas mal de français aujourd’hui, je crois que c’est même la première fois que j’en vois autant ici. Nous revenons devant l’entrée dix minutes avant l’ouverture des portes. Une fois à l’intérieur, on se retrouve comme des sardines dans leur boite. Il y a beaucoup de monde et les concerts n’ont même pas commencé qu’il fait déjà chaud.
Midnight Road. est un jeune groupe de Bilbao qui pratique un rock très classique et assez 70’s dans l’esprit. Ce sera une assez agréable surprise. Le groupe délivre un set assez energique et remporte un joli petit succès, il faut dire qu’il est soutenu par un public de connaisseurs. Apparemment, ils ont quelques fans… En tout cas, le guitariste impressionne par son jeu vif, technique et « unique ». En effet, c’est la première fois que je vois un gaucher jouer sur une guitare de droitier mais sans avoir inverser l’ordre des cordes…

Il est 21H30 lorsque que la bande à Slash déboule sur scène et nous basculons dans un autre monde. Le public est assez jeune ce soir et vu son engouement, on se croirait à un concert de Airbourne, cela saute dans tous les sens, cela bouscule bien, bref on est obligé de subir les mouvements, pas possible de bouger. Cela faisait longtemps que je m’étais pas fait secoué comme cela.
Slash commence son set par l’excellent « Ghost » suivi de « Mean Bone ». Mais les choses sérieuses commence à partir de la triplette « Nightrain », « Rocket Queen » et « Civil War ». Il y aura plusieurs mouvements de foule qui nous permettrons de se décaler un peu plus du côté de Slash et surtout de nous retrouver au deuxième/troisième rang, un endroit un peu plus calme et comme il n’y a pas de géants devant nous, c’est le pied 🙂 .
Le concert se passe sans encombre, les musiciens sont bien en place, Myles Kennedy est irréprochable (comme d’hab). Ce mec est d’une aisance et toujours souriant. Un excellent frontman. Slash, ben c’est Slash quoi, parfait. Au fait, le chapeau : il tient comment ?? Il met des agrafes ?!?!
Les autres membres assurent bien leur boulot. Mention spécial pour le bassiste qui remue bien.. Le concert se terminera par un « Paradise City » apocalyptique. Le public Basque est chaud bouillant. Après avoir longuement salué ses fans, le groupe quitte la scène et nous regagnons l’extérieur de la salle où l’air frais nous fera le plus grand bien. Nous repartons au pub histoire de se refaire le concert et surtout boire une mousse bien désaltérante… Nous quitterons les lieux à la fermeture du centre…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.