Metallica – Paris (POPB), le 1/04/2009

Après avoir passé cinq heures dans le TGV (qui n’est pas si rapide que ça), nous arrivons à Montparnasse vers 14h00, nous nous restaurons avant de rejoindre notre hôtel situé à moins de deux Kilomètres de Bercy. Un bon point pour le retour …
Arrivés devant Bercy vers 17h00 et il y a déjà du monde agglutiné sur les marches … J’ai trouvé cela amusant, ayant plus l’habitude d’assister aux concerts en Espagne, on ne voit pas cela surtout de si bonne heure, les fans préférant rester jusqu’au dernier moment dans les bars avoisinant la salle …
Nous allons dans le premier bar venu « Le Café Bercy », il me semble. En attendant l’arrivée de Vomito, nous décidons d’attaquer les choses sérieusement : Première tournée de cervoises bien fraîches. Lorsqu’on nous annonce le prix, nous prions aux serveurs de nous changer les verres. c’est vrai quoi ?!?!, pour 3,50€ le demi, on peut être servi dans de vrais verres. Comme par hasard le prix de la mousse chutera d’un euro dès la seconde tournée.
Vomito et sa bande nous rejoignent, nous ferons également connaissance avec d’autres basques venus spécialement pour le concert. après trois d’heures de mise en mousse, nous rentrons dans Bercy alors que Machine Head est sur scène. nous trouvons facilement de la place à mi hauteur des gradins (limite tribune/balcon).
Connaissant peu la musique de Machine Head, je suis incapable de citer un titre et même d’apprécier réellement leur musique (si vous voulez savoir la vérité, je m’en foutait un peu).
La scène en plein milieu de la salle est sympa et permet une bonne visibilité de partout. Pas besoin d’écran géant. Pour ne pas rester sur notre soif, nous décidons de nous ravitailler, et de retour dans la salle, une voix off nous annonce 30 minutes d’entracte. M*rde, c’est quoi ce bordel ?!?!?! N’oubliez pas que l’on vient de la campagne, cela fait 4 heures qu’on est dans l’entracte … des pubs passent sur les écrans se trouvant au plafond (cela fait bizarre) … puis « Heavy Metal Thunder » de Saxon retentit dans la sono, trop content que je suis … les lumières de la salle s’éteignent et les Mets entrent en scène sur la musique du Bon, la brute et le truand. Le premier titre « That Was Just Your Life » sera joué dans la pénombre, la scène étant éclairée que par de nombreux faisceaux lasers qui sont du plus bels effets, surtout vus des tribunes. Le son est très bon, clair et pas trop fort. les lights sont splendides avec 4 cercueils blancs munis de projecteurs qui surplombent la scène et en perpétuels mouvements. Le groupe a l’air en pleine forme et enchaîne assez rapidement avec « The End of the Line ». Même si le public répond aux sollicitations de James, je le trouve tout de même un peu mou pendant les morceaux. D’ailleurs James Hetfield demandera à ceux qui assistent pour la première fois à un concert de Metallica de lever les bras et là …. stupeur, il y en a un paquet qui se lèvent …
Puis je ne sais pas ce qui se passe mais j’ai l’impression que le groupe lève le pied et se contente d’interpréter les titres sans conviction.
Nous profitons de l’accalmie et de « The Unforgiven » pour aller chercher des bières et nous revenons sans verre dans la salle : interdiction de servir de l’alcool pendant la prestation de Metallica?!?! Kirk Hammett nous gratifie d’un petit solo dispensable juste avant « The Day That Never Comes ». Vomito me fait comme réflexion « On Dirait un solo de Michael Weikath … » C’est vrai que Kirk n’a pas l’air très concerné.
Master of Puppets, Nothing Else Matters (Lars ulrich profite d’un petit solo de guitare de Kirk comme intro pour s’absenter et revenir en retard en plein milieu du titre) et Enter Sandman remportent un vif succès auprès du public qui se « réveille ». c’est l’heure des rappels, le groupe revient et décide de reprendre « Stone Dead Forever », ce titre a pour effet d’endormir une bonne partie du public qui visiblement ne connaît pas cette chanson … Suit une bonne version de « Phantom Lord » puis « Seek and Destroy » et son lâché de ballons …
Voilà, le concert est terminé, le groupe salue longuement le public qui en redemande.
Nous ressortons de la salle avec une étrange impression : ce n’est pas un mauvais concert mais pas le meilleur non plus (loin de là), une ambiance bizarre, par moment le public réagissait bien et parfois paraissait endormi. Un peu déçus quand même.
Nous discutons un peu dehors, refaisons le concert … avant de retourner au bar (l’avantage d’avoir l’hôtel à 10 minutes de marche). Nous rentrerons finalement vers 2H00.

A noter que la salle n’était pas pleine, une partie du haut des balcons vides, et dans la fosse, un côté de la scène pratiquement vide … sûrement des revendeurs qui n’ont pas trouvé preneur : Bien fait pour leur gueule …

setlist :

That Was Just Your Life
The End of the Line
Harvester Of Sorrow
Disposable Heroes
One
Broken, Beat &
Scarred
Cyanide
Sad But True
The Unforgiven
The Judas Kiss
Kirk Solo #1
The Day That Never Comes
Master Of Puppets
Damage, Inc.
Kirk Solo #2
Nothing Else Matters
Enter Sandman
————-
Stone Dead Forever
Phantom Lord
Seek and Destroy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.