Pretty Maids – Barakaldo (Sala RockStar Live), le 21/11/2010.

Après l’excellent concert de Satriani la veille et une bonne nuit passée à l’hôtel. Nous traînons une partie de la journée dans Barakaldo. Pour ne pas changer, il tombe toujours des seaux d’eau. C’est vraiment la mousson. Après une longue attente, nous entrons dans la salle et prenons place devant la scène, pile en face de Ken Hammer. Le groupe de première partie ne nous laissera pas un souvenir impérissable. Autostéréo (c’est son nom) est un groupe local qui pratique un rock FM pas très joyeux. Seul le batteur nous impressionnera par son jeu très technique. Alors que le concert est bien entamé, on s’inquiète quand même pour l’affluence de ce soir, la salle est bien vide, on doit être une centaine à tout casser. Il faut dire que le programme est surchargé ce weekend, entre les concerts de Satriani, de Primal Fear, de Pretty Maids et celui d’Alice Cooper (qui sera annulé), les portes feuilles ne sont pas extensibles et un choix est nécessaire. Autostereo quitte la scène sous l’indifférence totale du public. Heureusement pendant l’entracte, la salle se remplie un peu, peut être 500 personnes. Cela fait quand même peu pour un groupe de cette classe … Bref, il est 21H10 lorsque les danois montent sur scène. Et d’entrée la température monte avec un « Pandemonium » bien rentre dedans. Le groupe enchaîne avec « I.N.V.U  » toujours extrait du dernier album. Deux titres forts sympathiques pour commencer le concert. Le groupe a l’air en pleine forme.
la voix de Ronnie Atkins n’a rien perdu de sa superbe. Il alterne les chants clairs et « rugueux » avec une aisance déconcertante. Ken Hammer est très joyeux et ne cesse de squatter le devant de la scène, ses solos sont magistralement exécutés. Hal Patino, le nouveau bassiste (King Diamond), ne tient pas en place. Ce dernier et Ken Hammer carburent au champagne durant le concert. En effet sur le côté de la scène se trouve une table avec plusieurs flûtes et un seau à champagne. Les titres se suivent sans temps mort et le temps passe très vite. Il est déjà l’heure des rappels et le concert se termine par une version survitaminée de « Red, Hot And Heavy » entrecoupé par des extraits de « Another One Bites Of Dust » et de « Smoke On The water ».
un très beau final pour un excellent, certes un peu court (90 minutes), mais l’ambiance, la qualité de l’interprétation et la sympathie des musiciens font que personnes n’en tiendra vraiment compte.
Une jeune personne à mobilité réduite (comprenez par là en fauteuil roulant), se trouvant à côté de moi, se verra remettre pleins de « cadeaux » par le groupe durant le concert : médiators de Ken, bracelets de Ronnie, baguette et même coupe de champagne toujours de la part de Ken … Quant à mon pote et moi, on aura droit à la bouteille de flotte, aux médiators et aux clopes. Pas sûr qu’un certain Blackie ait un jour la même attention envers ses fans …
Voilà, c’est fini, avant de reprendre la route, nous faisons un détour au stand de merchandising. Achat de t-shirt obligatoire même s’ils ne sont pas spécialement beaux. Quelle soirée, Pretty Maids est définitivement un groupe d’une grande classe qui mérite bien plus que ce qu’il ne récolte actuellement. Les absents auront eu tort, le meilleur concert de l’année est enfin passé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.