Y&T – Bilbao (Kafe Antzokia), le 10.10.2014

C’est avec un léger retard que j’arrive chez Mr et Mme Thejack notamment à cause de bouchons… et oui même en pleine cambrousse il peut y en avoir 🙂  .Il est environ 18h00 lorsque nous prenons la route pour aller à notre concert annuel de Y&T. Ce soir le groupe sera au fameux Kafé Antzokia. Un vieux théâtre placé en plein centre de Bilbao, qui dans la journée, se transforme en un grand restaurant avec des tables partout, dans la fosse, sur scène et aux balcons. La nuit tombe lorsque nous entrons dans la capitale de la Biscaye. Nous nous garons dans un parking souterrain situé à 200m de la salle (on a eu de la chance, il ne restait plus que 4 places…). Nous remontons à la surface et marchons vers la salle pour prendre renseignement, en effet le billet de Thejack indique un horaire diffèrent du mien 🙂 . L’ouverture des portes est à 21H00. Très bien, nous avons pratiquement 1H30 à tuer. Allez hop direction bar et ce n’est pas cela qui manque, il y an tous les 5m 🙂 . Nous en choisissons un. Une première mousse et une fournée de pinchos. Miam !!! c’est bon mais on a connu mieux, mais aussi pire (mais pas en Espagne). Nous changeons de crèmerie et c’est dur de trouver une place, il y a un monde fou et toutes les terrasses et bars sont assaillis. Nous en trouvons un qui ne paye pas de mine… nous sommes aventureux, nous entrons et là !!! Le paradis des pinchos est devant nos yeux écarquillés, nos langues pendent parterre… On veut ça, ça, puis ça et ça aussi… Autre chose nous demande le barman. Non on va prendre ceux là aussi et une bière chacun. OK. Nous passons à table et alors là je ne vous dit pas comme c’était bon. Allez oui je vous le dit quand même, c’était super bon, un régal. Un peu plus on oubliait qu’on était venu pour un concert 🙂 . Nous ressortons de là et allons dans un autre bar ce coup ci pour boire un café.
Il est un peu plus de 21h00 lorsque nous nous présentons devant les portes, celles ci ne sont pas encore ouvertes. Il y a pas mal de monde devant l’entrée. 5 minutes plus tard nous nous retrouvons devant la scène et la salle se remplie plus vite qu’à l’accoutumé. Cela fait plaisir à voir. Même les balcons habituellement vides se remplissent. Pour y accéder il faut monter sur le côté de la scène puis accéder aux escaliers (même ceux ci seront occupés durant tout le concert. Il commence à faire chaud, nous posons nos affaires sur les marches devant la scène (pour ceux qui ne connaissent pas la salle), il n’y a pas de barrière de sécurité mais à la place des marches qui permettent d’accéder à la scène et ceux sur toute sa longueur. Les photographes s’installent sur les marches et restent assis de façon à ne pas gêner la vision des spectateurs.
C’est avec un peu plus de 10 minutes de retard que John Nymann arrive le premier sur scène en exécutant les arpèges de « Rescue Me ». Le reste du groupe suit. Lorsque Dave commence à hurler « I want you to rescue me », le ton est donné. On sait que l’on va assisté à un très grand moment. L’année dernière à Santander, Dave montrait quelques signes de fatigue (faut dire que c’était la dernière date de la tournée). Là ce n’est pas le cas, Bilbao est seulement le troisième concert et franchement on sent que le groupe est en pleine forme et surtout heureux de retrouver le continent européen. . Y&T enchaîne avec « Don’t Stop runnin’ « , extrait de l’album « In Rock We Trust » paru en 1984. Dave & co aurait pu fêter les 30 ans de cet album mais bon ce n’est pas tous les jours que l’on a 40 ans ?! 🙂 . « LA Rocks » puis « Black Tiger » font encore monter la température de la salle. Suivi de près de « Lucy », titre très sympa mais j’aurais bien aimer un « Surrender  » ou un « Ten Lovers » tout deux extraits du même disque « Ten »(1990). Après le classique « Lipstick And Leather » sur lequel Dave fait chanter le public, nous avons droit à la première accalmie avec « Don’t be Afraid of the Dark »
 ( deuxième extrait de « Ten »). Ce titre est désormais un classique à part entière dans la setlist du groupe. Dave illumine la salle avec ses solos de toute beauté. Que dire de la triplette qui va suivre : « Meanstreak », « Dirty Girl » et le somptueux « Midnight In Tokyo ». Combien de groupe peuvent se targuer d’avoir un tel titre dans son répertoire ? Sûrement pas beaucoup. Magnifique, la guitare de Meniketti attire toute l’attention du public. Quel feeling… Dave est un des guitar heros les plus mésestimer de la planète. Franchement ce type vient d’une autre planète 🙂 . Petite surprise de la soirée, on a droit à une exclu : Y&T interprète pour la première fois de sa longue carrière le titre « Cold Day In Hell » figurant sur l’album « Musically Incorrect » (1996). Un album peu défendu en live, je me souviens encore du magique « Fly Away » joué en 2008 à la Rockstar Live de Barakaldo. Dommage que le groupe ne pioche pas plus souvent dans ce disque. Version acoustique pour « Don’t Wanna Lose » sur laquelle le public chante à gorge déployée. C’est la communion totale. L’enchaînement se fait avec l’émouvant « Wind Of Change » que le public reprend a s’en péter les cordes vocales. Un petit mot quand même sur les autres musiciens… ils sont tous très souriants, John Nymann ne tient pas en place et essayera même d’aller das la foule mais ne pourra finalement descendre que quelques marches alors qu’en 2007 dans la même salle, il avait carrément sauté dans la fosse lors du rappel. Brad Lang est bien plus remuant que l’année dernière et nous fait découvrir avec fierté sa « nouvelle basse » avec tout plein de logos de « Y&T » dessus. Et pour ne pas reprendre la formule usée, Mike Vanderhule manie ses baguettes avec conviction et précision (cela change de marteler ses fûts, non ? 🙂 ). Le groupe n’oubliera pas de jouer deux chansons du dernier disque studio en date : « I’m Coming Home » et « I Want your Money ». Sur l’instrumental « I’ll Cry », les yeux et les oreilles des fans se focalisent sur le jeu de Dave. On aura aussi droit à « Contagious » qui fera brandir les poings et le fameux « Summertime Girls ». Après plus de deux heures de concert, le groupe se retire et reviendra assez rapidement pour le rappel et quel rappel : « Open Fire » ( initialement non prévu comme deux ou trois autres titres de la soirée si l’on se réfère à la setlist), suivi de « Hang ‘Em High » et THE tube « Forever ». Voilà, c’est fini, toutes bonnes choses ont une fin et ce soir quand même ce fut du domaine de l’exceptionnel. Les 2h20 de concert sont passées beaucoup trop vite 🙂 . Tout simplement énorme. Les musiciens se retirent sous l’ovation du public. Nous sortons de la salle en passant devant le stand merchandising et comme à chaque concert de Y&T, je ne peux m’empêcher d’acheter le t shirt de la tournée. Le retour se fera calmement, il y a un peu de brouillard, nous ferons quand même une pause sur une aire d’autoroute pour boire un café avant de rejoindre nos foyers.
Nous avons passé une excellente soirée et depuis ce jour je n’ai jamais lu autant de chroniques d’un même concert sur les sites espagnols. Y&T a vraiment marqué les esprits sur ces dates (Madrid, Bilbao, Barcelone, Saragosse) et une question revient régulièrement, Comment ce fait -il que ce groupe avec de telles représentations et une discographie aussi fournie, joue encore dans des « petites salles » ??

Rescue Me
Don’t Stop Runnin’
L.A. Rocks
Black Tiger
Lucy
Don’t Be Afraid of the Dark
Lipstick and Leather
Lonely Side of Town
Mean Streak
Dirty Girl
Midnight in Tokyo
Cold Day In Hell
Don’t Wanna Lose
Winds of Change
I’m Coming Home
I’ll Cry for You
I Want Your Money
Contagious
Summertime Girls
I Believe in You

Rappels:
Open Fire
Hang ‘Em High
Forever

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.