Lordi – Bergara (Sala Jam), 02/03/2007

Billet Lordi 2007Nous arrivons devant l’entrée de la Sala Jam vers 19h30.
Nous sommes parmi les premiers arrivés, nous profitons pour acheter les billets de Rose Tattoo (les australiens passent au mois d’avril dans la même salle) et se restaurer.
21H00 : ouverture des portes et là commence l’attente dans la file. En effet depuis quelques concerts les fouilles deviennent de plus en plus minutieuses.
Un fan déguisé en boucher s’est même fait confisquer sa tronçonneuse en carton et polystyrène … La file se trouve bloqué lorsque que des ados de moins de 16 ans se présentent devant l’entrée… Au moins 10 minutes de réflexion avant de les laisser entrer.
Nous entrons dans la salle juste au moment où les premiers accords retentissent.
La première partie est assurée par un groupe local qui pratique un rock teinté de punk. Rien de bien révolutionnaire, mais sympa. Le groupe finit son show alors que la salle n’est pas encore pleine.
S’en suit alors une longue attente, la sono crache du Accept en boucle, il fait de plus en plus lourd. La température augmente au fur et a mesure que la salle se remplie…
Puis la luminosité baisse. La scène est plongée dans une pénombre bleutée.
« God of Thunder » de Kiss résonne et dés ce moment là le public (relativement jeune) lâche de la voix. Lordi investie la scène et commence le concert par « Bringing back the balls to rock » enchaîné très rapidement par « Get heavy » et « Who’s your Daddy? ». Le groupe a l’air en forme… enfin si on peut écrire ça 🙂 et le public répond présent. Dès le départ les fans sautillent et chantent à tue tête. Il y a une ambiance des grands soirs.
Le groupe ne cache pas ses influences musicales lorsque le batteur accompagne la sono qui crache un medley (Mötley Crüe, Twisted Sister, Alice Cooper…), pendant que les autres musiciens font une halte aux loges. Évidement le groupe joue tout ses hits «Blood red sandman », « Devil is a loser », « Would you love a monsterman ? » entre autres. On aura droit aux artifices de tout genre : tronçonneuse, du sang, des membres découpés mais…pas d’effets pyrotechniques. Le concert se termine dans la bonne humeur avec « Hard rock hallelujah »
Ce soir Lordi a convaincu le jeune public espagnol. Il fallait voir la ruée vers le stand de merchandising après le concert…
Pour ma part ce fut une soirée sympathique, pas la meilleur mais pas la pire non plus, loin de là.
Lordi ne révolutionne pas le genre, d’autres sont passés avant lui, mais il peut populariser le genre auprès des jeunes.
Quand a moi je retourne écouter du Kiss…tiens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.