Bang Your Head Festival!!! Jour 2 – Balingen, le 17/07/2010

 
 
Après une bonne nuit de sommeil au camping (environ 2-3 heures), nous sortons de la tente vers 7H00, il n’ y a pas un nuage … va encore faire chaud …
Le programme d’aujourd’hui est un peu plus « léger », certains groupes ne m’intéressent pas ou peu … Après un petit déjeuner, nous prenons la direction du site. Il est un peu plus de 9H00 lorsque les portes ouvrent soit plus de 30 minutes de retard, ce qui est quand même un fait rarissime dans l’organisation.
Après un petit tour rapide des lieux pour vérifier si rien n’avait changé, on entame notre première bière. On commence un peu tôt mais d’un autre côté, il n’y a pas grand chose à faire à part manger, boire faire une vidange de temps en temps et bien sûr assister au concert. Cette bière nous met en appétit, du coup on achète une barquette de frites et un sandwich (ne me demandez pas ce qu’il y avait dedans, comprend pas l’allemand 🙂 …).
Toxin ouvre les hostilités à 10h00 pétante. Sur le moment j’avais bien aimé mais je dois bien avouer que j’ai oublié ce que cela donne en live … donc ce n’était pas si marquant que cela.
C’est au tour de Savage Grace. Un concert que je trouve très sympa sur les 3 ou 4 premiers titres puis la lassitude s’installe car le groupe ne change pas de rythme : du speed, du speed et du speed. Pas une seule baisse de régime … Savage Grace terminera son show par une reprise du titre « Exciter » de Judas Priest puis se retire de la scène sous l’ovation d’un public assez nombreux dès le matin.
Ce fut tout de même une petite déception, je m’attendais à mieux …
 
 

Dix minutes plus tard Bullet envoie la sauce. Je ne connaissais pas. Il s’agit d’un groupe suédois dont la musique est un croisement entre celle d’AC/DC et celle d’Accept. Une bien belle surprise. Ce n’est pas original mais très péchu et efficace. A noter une bonne reprise de « Stand Up And Shout » en hommage à Dio. Imaginez ce titre chanté par UDO et vous obtenez le résultat. La dernière chanson de la setlist sera « Bang Your Head » (très Acceptien avec de gros choeurs à la fin) … il est 12h30 et il y a déjà énormément de monde. Nous allons manger un casse-dalle.

Setlist :

Pay The Price
Stand Up And Shout (Dio cover)
Dusk Til Dawn
Turn It Up Loud
Heading For The Top
One Deal With The Devil
Rambling Man
Bite The Bullet
Encore:
Roadking
Bang Your Head

Le temps se couvre un peu et s’est radouci … Nous allons zapper les prestations de Sacred Steel et de Hades …C’est à ce moment que la pluie arrive, une belle averse et le temps est bien bouché, du coup, il y a nettement moins de monde devant la scène … l’organisation du fest avait tout prévue : distribution gratuite de poncho de secours (avec les inscriptions « Festivals Taste Better » derrière et « I’m rocking In The Rain  » devant). Ce n’est pas à Nice que l’on verra cela (remember AC/DC). Treat est sur scène, nous suivons le concert de loin, c’est du hard « fm », assez agréable à écouter même si les claviers avaient un son de Bontempi bon marché … il pleut toujours et par moment les averses redoublent en intensité. On s’en fout, maintenant on est protégé.
Je ne suis pas fan de Fates Warning, donc je n’ai pas vraiment accroché. Les jambes commencent à peser, plus la fatigue, une pause s’impose … Nous partons faire un tour au camping.
Désolé pour les Quireboys … vous êtes sympa mais là on se casse …
De retour, tout frais, tout reposés et sans la pluie (qui ne tombera plus) pour Nevermore… Les critiques des albums sont souvent excellentes et comme j’ai déjà vu deux fois le groupe en live. je me dis : cette fois ci, je vais assister religieusement au concert pour enfin me décider à acheter leurs disques. RATÉ …. le concert le plus « merdique » du fest, la faute à un Warrel Dane complètement à côté de la plaque, pas du tout concerné. Même lorsqu’il s’adresse au publique entre les chansons, on croit avoir affaire avec un hypnotiseur dépressif. Seul Jeff Loomis tire son épingle du jeu. Les autres musiciens se contentant d’assurer le minimum. En 2002 Halford avait quitté la scène sous les hués du public. En 2010 Nevermore s’en va dans l’indifférence totale (à part un ou deux true fans).
Après ça, on ne pourra que trouver le concert de Queensrÿche bien.

Queensryche entame son set avec le titre « Hit The Black » issu du mésestimé « Hear in the Now Frontier ». Après avoir marqué les esprits lors de ces deux derniers passages au BYH dont un en tête d’affiche en 2008 (un concert de plus de 3H00), le groupe nous propose un show où la classe et l’émotion prennent le pas sur l’énergie. Geoff Tate se lancera dans un discours assez émouvant en hommage à Dio. A ce moment là, il règne un silence, pas un bruit, juste la voix de Geoff . Le public applaudira chaque fin de phrase … puis le groupe enchaîne avec « Neon Knights » du Sab’ qui sera le titre le plus « énervé  » de la setlist. On aura droit à un rappel d’anthologie composé de trois classiques que sont « I Don’t Believe In Love », « Jet City Woman » et « Empire ». J’ai trouvé le concert excellent même magique par moment, surtout pendant « Silent Lucidity » où le public chantait les paroles …
Pour résumer en un seul mot : La Classe.

Setlist :

Hit the Black
Sacred Ground
Man Down!
The Hands
Damaged
The Thin Line
Breaking The Silence
Silent Lucidity
The Right Side Of My Mind
Neon Knights (Black Sabbath cover)
Encore:
I Don’t Believe In Love
Jet City Woman
Empire

Nous avons 20 minutes à tuer avant l’arrivée des Twisted Sister, ce qui sera assez facile à faire puisqu’on ira chercher vite fait notre breuvage avant de reprendre place au même endroit.
Les lumières s’éteignent puis on entend « Twisted Sister, Come Out and Play » et c’est parti pour 1H40 de rock ‘n’ roll. Le concert des soeurs tordues sera tout le contraire de celui de Quennsryche : de l’énergie, de l’énergie et encore de l’énergie. Dee Snider captive toute l’attention de la foule et ne relâchera pas la pression jusqu’à la fin. Il est comme une pile, sautillant dernière son micro, courant d’un bout de la scène au l’autre. Il sort deux ou trois blagues et se met le public dans la poche … Du coup, les autres musiciens font de la figuration, à part peut être Mark « The Animal » Mendoza qui maltraite sa basse. Les titres s’enchaînent assez rapidement et les fans sont chauds malgré la fatigue accumulée durant le festival. C’était mon troisième concert des Twisted Sister. J’avais pris une grosse claque la première fois en 2003. En 2005, le concert était bien mais sans plus (sûrement l’effet de surprise en moins). Mais là ,cinq ans plus tard, ce fut quand même ÉNORME. Il faut voir une fois dans sa vie ce groupe pour comprendre … Dee Snider a annoncé à la fin du concert que celui ci était filmé en vue d’un DVD (si j’ai bien compris), rappelant qu’en 2003 le concert du BYH était à l’origine prévu pour la sortie d’un DVD mais il y a eu un problème avec les bandes et finalement c’était celui du Wacken qui a été commercialisé.
Nous avons droit au traditionnel feu d’artifice qui clôt le festival …

Setlist :

Come Out and Play
The Kids are Back
Stay Hungry
Captain Howdy
Shoot ’em Down
You Can’t Stop Rock ‘n’ Roll
The Fire Still Burns
I Am (I’m Me)
We’re Not Gonna Take It
The Price
I Believe in Rock ‘n’ Roll
Burn In Hell With drum solo
I Wanna Rock

Encore:
Under the Blade
Long Live Rock’n’Roll
S.M.F.

Mais ce n’est pas encore terminé, car cette année les organisateurs innovent et ont rajouté des concerts dans la salle habituellement réservé au warm Up …
Donc nous y allons faire un tour pour assister à la prestation de Destruction.
P*tain que c’est bon … de ressortir de cette fournaise, c’est intenable, il y a trop de monde. Donc nous allons liquider tous nos tickets en boisson. (il ne faut rien gâcher). Puis retournons sous la tente.

Dimanche matin, réveil aux aurores, nous démontons la tente , ramenons nos sacs poubelles BYH à l’accueil pour se faire rembourser une partie du prix du camping … Nous prenons un petit café puis direction Beblenheim (à côté de Colmar) où nous avons réservé une chambre chez des viticulteurs.
Il est 10H30 lorsque nous commençons la dégustions du riesling, du sylvaner, pinot noir et gris et pour finir du gewurztraminer. Avec ça on est prêt pour le restant de la journée. Une bonne douche puis nous allons manger à Riquewihr dans un restau.
Là nous prenons un Baeckeoffe fait maison (un plat alsacien préparé dans une cocotte en terre cuite). Je ne vous dis pas l’engin de plat, il ne nous manquait plus que la lampe frontale pour voir le fond de la cocotte et vérifier si l’on avait bien terminé… après ça, on avait prévu un tour sur Ribeauvillé et au château du Haut Koenigsbourg mais ce n’était plus possible, on avait le nombril aux genoux … donc nous retournons sur Beblenheim pour une bonne sieste. Le soir nous mangerons dans un pub dont la spécialité est la Flammenküche … Le lendemain nous rangeons un peu (beaucoup) la voiture pour pouvoir charger les caisses de vin puis nous prenons la route pour rejoindre l’Île de Ré afin de rendre visite à la Vomito Family … Puis nous passons de nouveau par Saint-Sulpice-de-Faleyrens (petite commune situé au cœur des célèbres vignobles de Saint-Émilion. Là, nous sommes invités chez un viticulteur et ami de longue date de Vomito). J’avoue : cette phrase, je l’ai recopié sur la première partie de la review pour ceux qui n’ont pas suivi … Nous mangeons encore, cela devient grave. Puis évidemment, on ne passe pas par là sans arrière pensée : et hop deux autres cartons de vins. Salut à la prochaine. Enfin nous arrivons au Pays Basque.
Voilà notre voyage se termine …

ps : Durant le festival, tous les groupes ont rendu un hommage à Ronnie James Dio soit en faisant un petit speech soit en reprenant un titre de son répertoire. Pendant les 10 minutes de pause qu’il y avait entre chaque groupe, la sono diffusait la musique de Ronnie.
Le big Boss du fest fera même un discours entre les concerts de Queensryche et de Twisted. Dio était un habitué de ce fest, il y passait presque tous les deux ans dont deux fois en tête d’affiche, avec Heaven & Hell en 2007 et en solo en 2003 (peu de festivals l’ont programmé aussi haut sur l’affiche durant sa carrière solo la plus récente… ).

Reprises en hommage à Dio :

Roxxcalibur : Neons Knights.
Blitzkrieg : The Mob rules.
Demon : Starstruck
Forbidden : Children Of The Sea.
Anvil : Heaven & Hell.
Jon Oliva’s Pain : Rainbow In The Dark.
Doro : Egypt (The Chains Are On).
Krokus : Long Live Rock ‘n Roll.
Hammerfall : Man On The Silver Mountain.
Bullet : Stand Up And Shout.
Sacred Steel : Kill The King.
Hades : Voodoo.
The Quireboys : Starstruck.
Queensryche : Neon Knights.
Twisted Sister : Long Live Rock ‘n’ Roll.

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.