Rock Fest Barcelona 2019, du 4 au 7 juillet 2019 (Partie 1)

Après un voyage sans encombre hormis un petit bouchon à l’entrée de Barcelone, nous arrivons à l’hôtel la veille du premier jour des hostilités. Une fois déposé nos affaires, nous allons faire un petit tour aux Ramblas… une grande avenue hyper touristique… cela en est même écœurant. Trop de monde qui circule, un véritable piège à touristes… Impossible de faire dix mètres sans se faire accoster par les vendeurs ou les serveurs des restaurants qui longent l’avenue… mais comme on a une petite faim, on choisit nous même le resto 😆 . Après quelques bons tapas, nous rentrons à l’hôtel où nous regarderons la fin de la demi finale de la coupe du monde de foot féminine… Dans le métro nous découvrons que la ligne1, qui même au festival depuis notre hôtel, sera fermée durant l’été et ce depuis le 29 juin… M*rdum!!! Première mauvaise surprise… Du coup il nous faudra deux fois plus de temps pour y aller avec deux changements de lignes en prime…
Après une bonne nuit, un bon petit déjeuner s’impose, nous allons donc au resto de l’hôtel qui propose plus d’une centaine de produits au menu… Au moment d’enregistrer nos numéros de chambres, l’ordinateur de l’hôtesse d’accueil plante… alors que tout aller bien juste avant 😆 … Cela ne nous empêche pas de déjeuner…
Avant de s’attaquer aux choses sérieuses, nous décidons d’aller faire un petit coucou à la Sagrada Família. Passage obligé pour tout touriste qui se rend dans la capitale catalane. Alors oui on a fait tout le tour, et non nous n’y sommes pas entrés car il faut réserver à l’avance… Mais moi je vous ramène deux photos, des vraies, pas celles que l’on trouve sur les cartes postales, dessous de tables, magnet ou autres… Des photos, pas photoshopées, car oui, il y a des grues, des échafaudages, des filets dans tous les sens. Bref c’est un véritable chantier ce machin 😆 . Je reviendrai que quand cela sera fini 😆 .

Rock Fest Barcelona – Jour 1, le 04.07.2019

Nous prenons des forces avec un bon petit repas puis allons enfin au Rock Fest… Il fait beau et excessivement chaud, l’odeur de l’enrobé se fait sentir ainsi que la chaleur de la pierre des bâtiments, les trottoirs… Et je ne parle même pas des couloirs du métro… C’est en dégoulinant de sueur que nous arrivons sur les lieux. Kilmara, un groupe local, a l’honneur d’ouvrir les festivités. IIs sont déjà sur scène et le temps de passer la fil d’attente à l’entrée, de prendre une bière, le concert est quasiment terminé 😆 …
Pas grave, je suis surtout venu pour voir Raven, UDO, King Diamond et éventuellement WASP…

C’est sous un soleil de plomb que Raven débarque sur scène avec dix minutes de retard sur l’horaire prévue… Il fallait vraiment être en bonne condition physique pour rester devant (ou sur) la scène et supporter la chaleur étouffante plus le fort taux d’humidité dans l’air. Mais rien n’arrête Raven… même pas la blessure à la jambe droite de Mark Gallagher qui porte une attelle. Une chaise sera mise à sa disposition mais elle prendra plus de coups qu’elle ne servira au guitariste… Toujours desservi par un son volontairement « limite sale », le groupe propose un set très énergique qui aura le mérite d’éveiller le public. Abasourdi, par la performance du groupe, la sauce prend relativement assez vite. Un titre comme  » On And On » permettra à la foule de chanter à tue-tête… L’enchaînement de « Break The Chain » avec un extrait de « It’s A Long Way to the Top (If You Wanna Rock n’ Roll) » fera son petit effet. Mais ce sont assurément les classiques du groupe tel que « All For One » ou encore « Rock Until You Drop  » qui remporte le plus de succès. Raven, c’est un peu le Anvil britannique, le groupe force le respect pour son obstination, son enthousiasme, son attitude sur scène et des albums qui tiennent la route, mais il n’obtient pas le succès qu’il mériterait. Bref, aujourd’hui encore plus, vu les conditions, le groupe mériterait que l’on se prosterne devant lui… mais comme le sol est chaud bouillant, on ne le fera pas 😆

Dans le désordre 😆

Take Control
Destroy All Monsters
Hell Patrol
All for One
Mind Over Metal
On And On
Break The Chain / It’s A Long Way to the Top (If You Wanna Rock n’ Roll)
Hung, Drawn & Quartered
Rock Until You Drop
Faster Than the Speed of Light
Wiped Out
Don’t Need Your Money

Après cette très bonne entame, une petite boisson rafraîchissante est nécessaire. Car rester une heure immobile en plein cagnard, ça épuise quand même. C’est au tour de Primal Fear de jouer… N’étant pas grand fan du groupe et même si leur prestation en première partie d’UDO en 2014 m’avait agréablement surpris, je préfère zapper leur passage au Rock Fest et me concentrer à la découverte des catalans de Imperial Jade sous la Rock Tent… à l’abri du soleil 😆 … découverte de courte durée car je n’accroche pas à leur hard rock très 70’s (peut être une erreur de ma part à l’écoute du dernier album, actuellement sur le bandcamp du groupe : https://imperialjade.bandcamp.com/album/on-the-rise .
Il fait vraiment chaud, de plus une légère douleur dorsale se fait sentir…. il faut que je tienne au moins pour le concert d’UDO que je n’ai pas vu depuis … 2014 justement.

Que dire du concert… à part que line up a rajeunit… c’est simple, je ne reconnais que le guitare dont le nom me rappelle une marque de boisson alcoolisée qui se mariait très bien avec du jus d’orange 😆 . Le son est très bon d’où nous sommes placés. Mr Udo a l’air en forme, boosté par les jeunes, il délivre une performance parfaite… La setlist aussi a changé… Il n’y aura aucun titres d’Accept, ce qui n’empêchera pas au public de passer un excellent moment. Le concert débute par « Tongue Reaper » de fort belle manière. Plus acceptien que jamais, un comble pour quelqu’un qui n’interpénétrera plus les titres de son ancien groupe 😆 … Et ce n’est pas « Make The Movie »qui va changer la donne. Deux extraits du dernier album « Steelfactory » pour commencer un set d’une heure et vu la réaction du public, il n’y a pas eu d’erreur quant au choix des titres. 24/7 mettra les cordes vocales de la foule à rude épreuve… Il n’y a pas beaucoup de temps mort. Les deux guitaristes font feu de tout bois et se permettent de venir régulièrement sur l’avancée centrale de la scène. La rythmique bastonne mais peut il en être autrement avec du metal teutons?! 😆 . Après une petite pause, le groupe revient pour quatre titres (je ne parle pas de rappels, cela ne doit pas exister pour un concert d’une heure en fest?!). UDO nous balance Holy, suivi d’une triplette, constituée d’ Animal House, Man And Machine et They Want War, qui fera chanter tout le public, moi y compris. Je n’ai plus de voix, la gorge racle… j’ai soif 😆 .
Après avoir salué longuement le public, le groupe se retire sous une grosse ovation… Les fans insistent fortement mais non UDO ne reviendra pas…

Pas sûr mais cela y ressemble 😆 :

Tongue Reaper
Make the Move
24/7
Mastercutor
Independence Day
In the Heat of the Night
Vendetta
Rising High
One Heart One Soul

Holy
Animal House
Man and Machine
They Want War

Après ce concert, je suis vraiment à plat et je ne voudrai pas foirer le reste du fest (l’année dernière j’avais annulé mon périple la veille du départ à cause de mon dos)… Je décide donc de quitter les lieux, sans avoir pris une dernière boisson (non alcoolisée ce coup ci…) pour la route… Tant pis pour King Diamond et WASP… Apparemment Blackie & co ont fait le strict minimum sur scène avec un son légèrement pourrave et à peine une heure de concert prévue pour une tête d’affiche….

 

A suivre…